skip to Main Content

Le Parlement européen a renforcé les plans relatifs au droit à la réparation. Pour les députés élus, les propositions que la Commission européenne a présentées ce printemps ne vont pas assez loin.

Pièces de rechange et informations sur la réparation également disponibles pour les Repair Cafés

Les députés estiment que l’accès aux pièces de rechange, aux informations sur la réparation et à d’autres éléments nécessaires pour réparer les objets cassés ne doit pas être réservé uniquement aux réparateurs professionnels. Les réparateurs indépendants, les reconditionneurs et les utilisateurs finaux devraient également pouvoir en bénéficier, à un prix raisonnable. C’est ainsi que tous ces avantages s’appliqueront également aux Repair Cafés.

Garantie d’un an supplémentaire et davantage de bonus réparation

Les députés souhaitent également prolonger d’un an supplémentaire la période de garantie légale pour les produits après réparation. De cette manière, les consommateurs seront récompensés par une garantie supplémentaire s’ils choisissent de faire réparer leur produit. La durée de cette période de garantie varie entre les États membres de l’UE.

Mais le Parlement veut également encourager la réparation des produits qui tombent en panne après la période de garantie. Par exemple, en permettant aux consommateurs de recevoir un appareil de remplacement à titre de prêt pour la durée de la réparation.

Les réparations professionnelles doivent également devenir moins chères pour les consommateurs. Pour y parvenir, le Parlement européen veut que d’autres pays, à l’instar de l’Autriche et de la France, entre autres, créent des bonus réparation et d’autres avantages financiers.

Le 21 novembre, le Parlement européen a approuvé, entre autres, les mesures de renforcement susmentionnées. Cela n’implique pas qu’elles entreront en vigueur immédiatement. Le contenu final de cette loi sur le droit à la réparation doit encore être négocié par le parlement avec le Conseil de l’Union européenne, qui comprend les ministres nationaux de tous les États membres. Le 22 novembre, ce conseil a publié ses propres idées sur le droit à la réparation.

« Ce serait une bonne chose si les bénévoles du Repair Café n’étaient plus désavantagés par les réparateurs professionnels »

Martine Postma de Repair Café International espère qu’on va réellement retrouver ces renforcements dans la nouvelle loi. « Cela permettrait à nos bénévoles de mieux effectuer des réparations et ils ne seraient plus désavantagés par les réparateurs professionnels. Ce serait une bonne chose. Si nous voulons vraiment rendre la réparation plus attrayante, c’est aussi une exigence absolue. »

Martine souligne toutefois que le droit à la réparation ne s’appliquera pour l’instant qu’à un nombre limité de produits, à savoir uniquement pour les lave-vaisselles, les sèche-linges, les vélos, les réfrigérateurs, le matériel de soudage, les écrans, les serveurs, les smartphones/tablettes et les aspirateurs.

Plus d’informations

Cet article comporte 0 commentaires

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top