skip to Main Content

Un pas en avant vers la reconnaissance officielle des Repair Cafés en France ! Récemment, deux Repair Cafés ont été reconnus d’intérêt général par les services fiscaux. Il s’agit du Repair Café Val de Saône à Mâcon et du Repair Café de Saint-Amour, dans le Jura.

Grâce à cette reconnaissance, les deux Repair Cafés bénéficient de certains avantages fiscaux. Par exemple, les donateurs peuvent déduire de leurs impôts les dons faits à ces Repair Cafés.

La France ouvre les yeux

Martine Dumas, présidente du Repair Café Val de Saône, s’est investie depuis leur création, pour obtenir cette reconnaissance. Il y a trois ans, elle avait déjà introduit la requête. « Notre demande a été refusée. Mais nous n’avons pas admis ce refus. J’ai travaillé avec une avocate spécialisée dans les associations qui nous a aidés à constituer un dossier béton. Aujourd’hui, la France ouvre les yeux. La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire ne leur permet plus de fermer les yeux. »

Repair Café Val de Saône a entamé la procédure pour deux raisons, raconte Martine. « Les Repair Cafés cochent toutes les cases de l’intérêt général et il est important que la France reconnaisse leur importance. Par ailleurs, nous souhaitions élargir nos activités. Nous voulons, par exemple, créer une outilthèque ou bricothèque. Pour ceci, il nous faut un lieu aménagé, du matériel, de l’outillage. Nous avons également à cœur d’avoir un stock d’outils qui puisse nous permettre de réparer le maximum d’appareils. Et nous allons organiser une rencontre Repair Café interrégionale en mai 2025. Toutes ces choses demandent des fonds. Il n’y a pas de doute que les entreprises mâconnaises seront plus enclines à nous aider avec cette déduction de leurs impôts. »

Aider les Repair Cafés en partageant les expériences

Martine croit que collectivement les Repair Cafés français pourraient avoir plus de poids si davantage de Repair Cafés bénéficiaient de la reconnaissance fiscale. « Il y a des Repair Cafés qui ne souhaitent pas se développer. Mais il y en a beaucoup aussi qui le souhaiteraient; ils ne connaissent pas forcément le chemin et ont un peu peur des démarches administratives. Nous sommes prêts à aider ces Repair Cafés en partageant nos expériences. »

Pour en savoir plus

 

Cet article comporte 0 commentaires

  1. Bonjour,
    Il est intéressant de noter que le premier repair café ayant obtenu la reconnaissance d’intérêt général est le repair café de st amour et environs grâce à Monsieur Patrick Delizy secrétaire méritant de cette association.
    Merci de le préciser,
    Murielle

    1. Bonjour,
      en fait, le problème n’est (ou n’était) pas tant d’être reconnu d’intérêt général. A partir du moment où l’on n’agit pas au profit d’un cercle restreint de personnes, on est d’intérêt général.
      Le problème est d’entrer dans l’une des catégories (philanthropique, éducatif, scientifique, etc.) énumérées de façon limitative aux articles 200 et 238bis. Aujourd’hui, pour la DDFP Saône et Loire, le Repair Café a été reconnu comme œuvrant dans la catégorie « Défense de l’environnement ». En 2014, pour le DDFP Isère, ce n’était pas le cas.
      Cette reconnaissance s’applique t-elle à l’ensemble des RCs du territoire ? La question reste ouverte.
      Jean-Loup
      pour le Repair Café Montbonnot-Saint-Martin

  2. En fait, on peut déduire des impôts 66% des dons et des adhésions…
    Pierre Marlard
    Trésorier adjoint
    Repair Café Paris

  3. Les cotisations d’adhésion à une association, même reconnue d’intérêt général, ne sont pas déductibles des impôts.
    Par contre, les membres du conseil d’administration (ou de la collégiale) d’une association reconnue d’intérêt général peuvent déduire de leurs impôts les frais de déplacements liés au fonctionnement de cette association.
    Je me tiens à votre disposition pour vous adresser tous les documents du Repair Café de Saint Amour concernant la demande de rescrit fiscal et de mécénat !

  4. Ne pas oublier les conditions de base (en plus de la consultation du fisc) :
    une activité non lucrative (donc 0 ventes ou prestations de services)
    une gestion désintéressée (normal pour une association à but non lucratif)
    un cercle étendu de bénéficiaires (la il faut voir ce qu’on entend par étendu 50 personnes par évènement c’est étendu ou pas ?)
    https://www.economie.gouv.fr/cedef/association-reconnue-interet-general

    Ce qui fait que certains Repair Café ne sont pas reconnaissables d’intérêt général (à Tours par exemple nous somme prestataire de services).

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top